Réfléchir

La réflexion permet d’éviter le pessimisme sur les graves problèmes économiques et sociaux actuels. S’il est vrai que les associations et syndicats rencontrent des difficultés il est aussi tout à fait exact que beaucoup de possibilités s’offrent à nous dès aujourd’hui.

  1. D’abord sur les obstacles que le mouvement social rencontre. On peut les classer en deux  catégories. La première avec les politiques néolibérales actuelles et les différents pouvoirs de la finance et de l’économie fait consensus. La deuxième catégorie concerne plutôt l’influence de l’idéologie actuelle sur les comportements sociaux c’est un sujet plus tabou au niveau des acteurs sociaux.
    Voir : Réfléchir aux difficultés rencontrées
  2. Dans notre vie de tous les jours il existe de nombreux domaines où nous pouvons contribuer à changer bien des choses que nous critiquons. Par exemple, en qualité de consommateur nous avons des possibilités dans plusieurs circonstances consommer moins d’énergie. De même nous pouvons contribuer à privilégier une agriculture locale respectueuse de l’environnement.
    Voir : Réfléchir aux possibilités du quotidien
  3. Pour beaucoup il existe une sorte de fatalisme dans nos approches citoyennes. Un fatalisme basé sur le fait qu’il n’y a plus de partis politiques pour défendre les populations les plus modestes. En fait on a les politiques que l’on mérite. Ces partis sont représentatifs d’une majorité de la population qui manque d’alternatives. Pourtant celles-ci  existent il reste à les faire connaître.
    Voir : Réfléchir aux possibilités sur le plan social
  4. Tant au niveau de la consommation que dans nos rapports avec les autres ou les participations à des démarches collectives,  il existe de multiples possibilités d’agir pour mieux respecter l’environnement et les droits humains.
    Voir : Réfléchir aux liens entre l’écologie et le social