Agir – Pour obtenir des résultats

L’action collective est parfois sujette à critiques. Pour autant  syndicats et associations sont indispensables au fonctionnement de la démocratie civile ou sociale. Ils sont à l’origine de la majorité des droits sociaux et surtout du respect de ces droits.

Pour ce qui est de Peuples Solidaires les faits sont là : Les milliers de lettres de soutien aux luttes menées par les syndicats ou associations du Sud contribuent à ce qu’environ 7 fois sur 10 ces actions aboutissent à des résultats positifs pour les populations.

Citons quelques exemples :

  • En janvier 2011 L’appel n° 344  « Togo Zone franche Zone de non droit »
    Après cet appel et sept mois de pression de la part du Collectif de syndicats togolais, des travailleurs-euses de la zone franche et de l’association SADD (Solidarité et action pour le développement durable), les 120 salarié-e-s de l’entreprise pharmaceutique Sprukfield abusivement licencié-e-s en novembre 2010 pourront progressivement réintégrer leur poste à partir du mois de juin. L’accord tripartite signé le 27 mai 2011 représente une véritable garantie pour les ouvriers-ères engagé-e-s dans ce combat. Il s’agit d’un succès sans précédent dont Peuples Solidaires se félicite : pour la première fois dans l’histoire de la zone franche, un dialogue social s’est ouvert et un comité de suivi a été mis en place.
  • En septembre 2008  L’appel 319 « Indonésie, Ralph Lauren manque d’élégance »  Suite à cet appel de Peuples Solidaires et du Collectif de l’éthique sur l’étiquette une campagne qui a duré trois ans, l’usine indonésienne d’habillement PT Mulia Knitting a finalement reconnu à ses ouvriers le droit d’adhérer au syndicat de leur choix. Jeudi 20 mai 2010, l’usine, implantée à la périphérie de la capitale Jakarta, a signé un accord avec le syndicat GSBI1.
  • Plus généralement il peut s’agir d’actions de petits paysans pour conserver un lopin de terre ou se salariés qui obtiennent de meilleurs salaires et conditions de travail

Des militants de Peuples Solidaires au FSM de Bamako lors d’un atelier avec une responsable des galiciennes et une autre militante du Burkina Faso en janvier 2006. Nous venions d’apprendre que les revendications des ouvrières avaient  abouties grâce à leurs actions mais aussi aux soutiens notamment par le biais des appels de Peuples-Solidaires.